Le charme et la pierre précieuse de couleur rose - framboise

L’art, la science, la philosophie, la spiritualité, la nature, l’énergie, l’alternative et l’artisanat – tous ces aspects liés sont comme utopie pour quelqu’un. Mais, non pour Dean-Skartov – Deko, dont le nom est synonyme pour le rubis macédonien de couleur rose - framboise, qui est la seule variété endémique de rubis en Europe, et que l’on ne trouve qu’en Macédoine.

Dans un si petit pays, ici, c’est le rubis pour l’Europe. Il n’est ni en France, ni en Roumanie, ni en Allemagne, qui sont énormes, mais ici, Deko nous raconte l’histoire pleine des contes innombrables.

 

 

Le rubis est la pierre la plus précieuse après le diamant. Selon l’échelle de Mohs, cette pierre précieuse a une dureté de 9 et se trouve juste après le diamant qui a une dureté de 10.

 L’une des pierres les plus fortes et les plus énergiques, mais en même temps, c’est l’un des joyaux de couleur rose - framboise le plus doux, qui est considéré comme une vibration du chakra du cœur, le centre de l’amour. Ces deux aspects, celui du plus fort et celui du plus miséricordieux, c’est Dieu, n’est-ce pas ? Deko nous a dit en partant.

 

 

Mais, revenons au début et essayons de transmettre quelques-unes des histoires qu’il nous a racontées dans le petit magasin de cristaux naturels, minéraux et gemmes précieuses, situé au cœur de Skopje à 10 mètres carrés au coin de la rue Record, sur le site de la première bijouterie dans la ville.

 

Le chemin vers le monde magique des cristaux

Deko est né le 8 août 1964 à Skopie. Ses souvenirs les plus importants de l’enfance sont liés à son éducation post-secondaire à l’école primaire ,,Vladimir Nadzor’’, aujourd’hui Blaze Koneski à Micurin, Aerodrom.

Heureusement, on avait une maitresse, qui de chaque personne pouvait faire sortir un morceau de créativité et le faire fonctionner. Depuis le CM1, nous étions un trio musical qui, après avoir découvert Deep Purple en 4eme, est passé à la musique rock. Le hard rock s’est avéré très bon pour un enfant fragile qui mûrit et comprend le principe de la dureté.

 

 

À la différence de son père et de sa sœur, qui sont architectes, Deko a suivi les traces de sa mère, une biologiste, qui s’est inscrite et a obtenu son diplôme à la faculté d’agriculture, département de la viticulture-fruit.

La nature a toujours été très importante pour moi. Au cours de la première année, les deux matières les plus importantes ont été La Botanica par la professeur gourou Radmila Grupce et la Chimie par la célèbre Olga Bauer. La façon dont la professeur Grupce nous a enseigné ce matériel, ce monde fascinant de la vie cellulaire et philosophiquement nous a expliqué comment distinguer, selon les conceptions temporelles, la nature vivante de la nature inanimée, était fascinante. Maintenant à travers les cristaux, après 10-20 ans, j’ai réalisé qu’il n’y a pas de nature inanimée. Même le cristal est une nature vivante : Nikola Tesla l’a vu comme la première étape pour organiser la vie qui n’est pas biologique.

 

 

Pendant ses études, Deko avait une autre grande passion. C’était la musique. Les trois premières années de ses études sont liées aux ,,Badmingtons’’, le légendaire trio post punk ou punk rock, un phénomène à l’époque. Avant la fin de l’étude est la transition vers un concept pop-rock- “Alexandre le Grand”, et après la remise des diplômes est l’engagement avec le groupe “Klerzo”.

 Juste au moment où “Klerzo allait bien, la Yougoslavie s’est effondrée en 1991. Nous avons perdu contact avec la Croatie et la Slovénie, qui étaient pratiquement des marchés promotionnels. À ce moment-là, j’ai eu l’occasion de voyager à l’étranger pour la première fois. Je suis allé à Trieste, en Italie, avec ma tante Tania, la sœur de ma mère. J’ai commencé à chercher du travail. J’avais le synthétiseur, si j’avais de la chance avec la musique, le vélo pour trouver un travail et un sac à dos, se souvient Deco.

 

 

Avant de continuer à raconter le voyage de sa vie, il a aussi partagé avec nous quelques de ses connaissances sur les caractéristiques historiques, géographiques et socio-sociales de cette ville italienne.

A Trieste, il rencontre Primo Rovis, le premier citoyen de la ville et un grand magnat du café, un favori parmi les citoyens et un patron. Rovis était un enfant pauvre, un Italien de Jimin d’Istrie, qui a émigré en Italie après avoir été affecté à la péninsule yougoslave.  À 8 ans, il est devenu orphelin sans père ni mère. Il a commencé à travailler à Trieste dans un magasin de conventions de sucre, de riz, d’huile ... et depuis le début des années 1960, il a commencé à vendre du café. Progressivement, il est devenu un expert de classe mondiale sur les marchés du café brésilien. Il est devenu milliardaire mais n'a jamais oublié qu'il était pauvre.

Pendant ce temps, Rovis luttait politiquement pour que Trieste obtienne une administration autonome des fonds disponibles pour lui au niveau régional, et Deko a commencé à remplir des demandes pour émigrer en Amérique ou en Australie en tant qu’agronome. 

Je dis à ma tante de demander à Rovis pour le Brésil, c’était un diplomate, un consul honoraire dans ce pays sud-américain. On a trouvé le numéro dans l’annuaire, on a demandé pour qu’il me reçoit, et il m’a reçu.

Rovis a entendu Deko, mais il ne lui a pas conseillé d’aller au Brésil. Il lui a dit de laisser un numéro et si c’est possible - il l’aidera. Après 10 jours, le téléphone de tante Tanja a sonné, et c’est précisément lui, le grand bienfaiteur. 

 

 

Si vous cherchez encore du travail, prenez vos vêtements de travail et venez me voir sur la Piazza Tomazo”, No. 4.

Le premier travail de Decko a été d’aider le jardinier Pino à décorer la cour de la maison de la famille Rovis. L’engagement a été prolongé plusieurs fois. Toute la famille Rovis - Primo, la femme brésilienne et les deux filles étaient contents de Deko.

Au début, j’ai portait un sandwich, et quand Rovis m’a découvert, il m’a invité à déjeuner avec son équipe. Après le déjeuner, il y avait du café. Alors que j’appréciais mon café, je me disais : Je bois un café chez le plus grand magnat du café !, - raconte Deko en souriant.

Au bout d’un moment, Rovis décida de lancer une nouvelle entreprise. Il commanda deux conteneurs de cristaux de Minas Gerais, du Brésil. Son idée était que c’est quelque chose que les gens ont à voir dans une grande exposition. 

Pendant deux mois, nous avons dû réparer les cristaux, caillou par caillou. Quand nous avons fini ça, tous les autres employés ont été virés, et on m’a dit de rester pendant l’exposition.

 

 

Deko était le premier employé de Rovis. Il a organisé la collection Arte di Dio (Art de Dieu) et a présenté une exposition d’environ 500 mètres carrés. 

Quand mon père est venu me voir pour la première fois et quand il a vu les pierres, il m’a dit : "Reste, fils, ça va prolonger ta vie. Tout ce qui est fait par l’homme est critiqué, mais c’est la création de Dieu. Chaque pièce est nouvelle et surprenante.


Pour Deko, c’était un tout nouveau monde, dans lequel l’amour pour les cristaux est né...

 

Le retour à la terre natale

Depuis son arrivée à Trieste, Deko était déterminé à retourner en Macédoine. Il voulait gagner de l’expérience, gagner de l’argent, si possible, faire carrière et retourner dans leur pays natal pour l’investir. Après l’exposition à la Basilique Saint-Laurent à Milan, à l’occasion du dixième anniversaire d’Arte di Dio, Deko revient dans son pays d’origine avec une camionnette chargée d’environ une tonne de pierres. 

La première exposition de pierres précieuses a eu lieu à la Foire de l’artisanat à Skopje en 2001. Les visiteurs ont été surpris par ce qu’ils voyaient et ont demandé si les pierres étaient réelles, ce qui était un signe positif pour Deko. 

 

 

J’ai utilisé les connexions que j’avais à travers la musique pour ne pas commencer à zéro, et après un an, j’ai vu le potentiel des cristaux en Macédoine.

Selon Deco, le secteur de l’orfèvre, de la bijouterie dans notre pays, ne s’est pas développé parce que nous n’étions pas le centre du pouvoir, nous n’étions pas un royaume. Tous les grands royaumes avaient une sorte de ville, une bourgeoisie et un artisanat qui faisait des bijoux pour la haute classe. Nous n’étions qu’une province, donc nos musées n’ont aucun vestige, nous n’avons pas notre propre tradition. Nous étions juste les artisans qui travaillaient pour les agates. Même lorsque la Macédoine a accédé pour la première fois à l’indépendance dans le système socialiste, nous n’avions qu’une classe moyenne.

Dès le printemps 2002, la première tente fut ouverte à côté de l’ambassade grecque, qui devint un culte. Peu à peu, on entendit la voix. Même les bijoutiers du vieux Bazar ont commencé à le recommander : des cailloux, nous ne savons pas grand-chose, allez demander à Deko.

Dans le magasin, il y avait (semi) des pierres précieuses de différentes formes, toutes importées. Il a continué à travailler avec les entreprises que la société italienne achetait, connaissait les sources et disposait d’une grande marge de manœuvre. En très peu de temps, Deko a voulu apprendre à traiter les pierres.

Nous avons commencé à chercher quels sont ces outils et ces machines, parce que les pierres sont très solides. C’est une technologie qu’on ne peut pas encore qualifier de hobby, comme la menuiserie et la métallurgie. Il n’est pas si exposé parce qu’il s’agissait d’un système de protection censé prendre des pierres précieuses de pays pauvres et faire le ponçage des pierres dans les pays riches.

 

 

La grande découverte appelée le rubis macédonien


Avec le temps, de plus en plus de géologues et de gens arrivaient dans le magasin pour comprendre et demander comment il pouvait avoir des pierres du monde entier et rien de la Macédoine. On lui disait souvent qu’il y avait aussi des rubis en Macédoine. Au début, Deko était sceptique et il pensait que ce sont des rumeurs. Il a appris avec intérêt que le rubis macédonien figure sur la carte mondiale des rubis, y compris les rubis de Birmanie, de Sri Lanka, d’Inde, de Russie et de Tanzanie. Le rubis macédonien était connu depuis les années 50 du siècle dernier, et les premières données le concernant remontent aux années ‘20. Le géologue allemand Otto Heinrich Ernstmandorfer a fait des recherches sur ce sujet, il a publié plusieurs articles scientifiques après la fin de la Première Guerre mondiale, indiquant pour la première fois que le corindon, une forme cristalline d’oxyde d’aluminium, a été enregistré dans la région de Prilep et le corindon rouge est appelé rubis.

On a trouvé des morceaux qui ressemblaient à des rubis et on les a emmenés à l’étranger. Ils m’ont confirmé que ce ne sont pas des rubis haut de gamme, mais naturel. Je me suis dit : Vraiment ? On a notre propre rubis !  J’ai trouvé étrange qu’il ne soit pas si bien connu, qu’il ne soit pas traité par des instituts, des ministères et des facultés...

 

 

Une fois qu’il a réalisé qu’il y avait effectivement un rubis en Macédoine, Deko a définitivement décidé d’apprendre à broyer des pierres précieuses. Il a utilisé les amitiés de l’Italie, il a acheté des machines, il demande des conseils, et il a commencé. Il étudiait jusqu’en 2005, se préparait et expérimentait, et en 2006, le premier rubis macédonien brillant a vu le jour. Il a été exposé pour la première fois devant le public au printemps au vieux Bazar de l’artisanat et a gagné le prix du meilleur produit. La nouvelle est apparue en première page.

L’image d’un petit pays comme la Macédoine, agricole et minière, apparaît tout à coup avec une gemme endémique. Soudain, de terre agraire, nous sommes devenus la terre de la précieuse gemme, qui se trouve seul ici. Dans la littérature scientifique, la Macédoine est l’endroit le plus important en Europe des rubis, note Deko.

 

 

Premièrement, la haute classe de Macédoine n’avait pas assez confiance en le rubis macédonien. Les premiers clients loyaux, pour la plupart des missionnaires étrangers, des diplomates et des ambassadeurs… Peu à peu, ils ont commencé à avoir du courage et des clients domestiques. 

À ce moment-là, il y avait une campagne “achetez des produits macédoniens” et il a également été investi pour absorber la conscience de nous-mêmes, que nous avons une culture ancienne et que nous pouvons montrer au monde ce que nous avions. Le rubis macédonien est apparu au bon moment, a dit Deko.

Depuis 2008, le rubis macédonien est protégé en tant que marque déposée et Deko est pratiquement le filtre de sa promotion de qualité. Selon lui, le charme du rubis macédonien est honnête, non commercial. 

C’est le résultat d’un pur enthousiasme humain et artistique. Tout cela rayonne du rubis. Il dit que quand une pierre est broyée, il est très important quel est l’état mental et spirituel du créateur - cette aura est également transmise à la pierre.

 

La promotion du rubis macédonien coïncide avec le début du développement du tourisme entrant en Macédoine. L’emplacement à côté de l’ambassade grecque était inapproprié pour les touristes en visite courte à Skopje, qui se rendaient généralement au Bazar, au Mémorial de Mère Teresa, au Musée de Skopje, à Vodno et à Matka. Deko a commencé à chercher une position plus proche du centre, un petit endroit. Le choix s’est porté sur le petit magasin de la fameuse rue Record, qui a commencé à fonctionner en 2012. Les deux magasins travaillaient en parallèle pendant trois ans jusqu’en 2015, quand Deko a décidé de fermer celui chez l’ambassade grecque.

 

Le nouveau site a reçu une excellente publicité.

Quand les auteurs étrangers venaient faire des documentaires sur la Macédoine, nous étions l’une des nouvelles choses qui ont été suggérées et acceptées avec beaucoup d’enthousiasme. Le rubis macédonien est apparu dans les documentaires à la télévision “Arte” et à la télévision japonaise “Suzuki”. Ils nous ont aussi inclus dans certains catalogues : japonais, français...

Le 29 novembre 2013, a eu lieu la première exposition du rubis macédonien "Le puissant rayon de notre cœur" à "Porta Macédoine", qui a été planifiée pendant des années. Deko nous a expliqué le symbolisme du titre de l’exposition :

Les pierres roses de notre système énergétique sont reçues par le chakra du cœur, et c’est le premier chakra qui nous distingue de tous les autres mondes animés. C’est le chakra, où se croisent les mondes horizontaux (matériels) et verticaux (spirituels). L’axe vertical et horizontal de la croix, l’équilibre entre le terrestre et le divin, est en réalité la porte qui s’ouvre pour avancer dans la spiritualité. Donc, d’ici, "le puissant rayon de notre cœur", parce que les Macédoniens sont connus comme polyglottes et hospitaliers, gentils, positifs, aimés de tous et non agressifs.

 

 

La vidéo promotionnelle du rubis macédonien, pour l’exposition, avec la musique de Deko (Klerzo), était censée être faite par Sasko Poter-Micevski. Mais ici, la coïncidence, si elle existe, implique ses doigts. Pendant ce temps, Sasko a reçu une bourse d’édition à Londres et a envoyé son remplaçant, puis la jeune étudiante Tamara Kotevska, maintenant connue comme la directrice de "Honeyland”.

La vidéo promotionnelle du rubis macédonien a été le premier projet de Tamara, et maintenant on peut voit où est-elle allée, elle a reçu deux nominations de Oscar !

L’idée de Deko est d’avoir un magasin avec un artisan local dans chaque ville de Macédoine qui travaille le rubis macédonien. Pour l’instant, son idée a été réalisée à Ohrid avec l’aide de Mitko Ukoeski, qui a pratiquement ressuscité l’art du filigrane, c’est-à-dire le concept de l’ancien maître suprême Vangel Dereban, une figure historique de l’Ohrid. En 2018, le jour de Pâques, le magasin de Dereban a été ouvert, où le rubis macédonien est également incorporé dans le filigrane.

 Le filigrane, avec une seule pierre de rubis macédonien, est déjà un autre produit qui se distingue immédiatement. Il devient un produit artisanal d’élite à plus forte valeur ajoutée. Et une marque Mondiale.

 

 

Dans la famille de Balkan Prime Tours
 

Dans le magasin “Deko” il y a quatre employés et une nouvelle jeune apprentie, qui est un grand designer avec un sens aigu de l’esthétique. Au fil des ans, un réseau de partenaires étrangers a été créé, parce que ce secteur, comme nous l’a dit Deko, fonctionne de cette façon – tous s’entraident.

Depuis plusieurs années, Deko s’est particulièrement efforcé de communiquer avec les guides touristiques. 

Mais nous ne pouvons pas répondre aux besoins des guides qui ne travaillent que pour de l’argent. Ils ne sont pas à notre niveau de collaboration, parce que le rubis macédonien n’est pas encore un produit commercial. C’est beaucoup plus que ça... Les meilleurs promoteurs du rubis macédonien sont ceux qui sentent sa valeur.

L’initiateur de la collaboration avec Balkan Prime Tours était Vlatko. 

Petit à petit... Je pense que Vlatko est certainement l’un de ceux qui a le plus haut niveau et une grande image, avec un esprit ouvert pour voir les choses. Vlatko développe à la fois l’entreprise et l’idée de créer une plate-forme qui sera valide et qui durera à l’avenir. Nous aussi. Nous reconnaissons simplement que des personnes ayant les mêmes sensibilités que peuvent faire beaucoup pour leur propre pays. L’association de bonnes personnes crée un équilibre entre le problème apparu et la capacité extraordinairement élevée que la connexion des mauvaises personnes.

Deko ajoute que les filles de Balkan Prime Tours ont aussi un grand crédit dans toute l’histoire. 

Vlatko a choisi des associées, comme bon lui semble, et il s’avère qu’il les a bien choisis. Ces filles qui portaient des groupes savent que ces invités seraient intéressés par le rubis macédonien. Pour réussir et faire de grandes choses, vous n’avez pas à travailler dur. Il est bien plus important de se souvenir de ce qui est juste au bon moment, sans gaspiller beaucoup d’énergie.

 

 

Selon Deko, Balkan Prime Tours est un leader du tourisme et un important promoteur du rubis macédonien ces dernières années. Et ce qui compte pour les touristes, c’est qu’ici, dans le magasin, ils acquièrent des informations et découvrent un tout nouveau monde. Les (semi) gemmes, c’est-à-dire les minéraux naturels dans la bijouterie sont très attrayants dans le monde entier. Premièrement, parce qu’ils sont petits; deuxièmement parce qu’ils sont authentiques; et troisièmement parce que certains d’entre eux représentent des points géographiques définis avec précision sur la Terre, parce qu’ils sont des espèces endémiques, et le quatrième – ils reflètent certains moments historiques de la société.

Les touristes recherchent de nouvelles expériences, dans chaque nouveau voyage, ils veulent acquérir de nouvelles connaissances. Nous sommes très bons à ça : nous leur donnons des informations sur quelque chose de nouveau qu’ils ne peuvent trouver nulle part ailleurs dans le monde et nous leur donnons des connaissances géologiques qui sont extrêmement attrayantes, dit Deco.


Ceux qui achètent du rubis macédonien recevront aussi un certificat, ce qui est rare dans la bijouterie. La principale satisfaction de Deko est ses commentaires, qui sont notés dans le cahier. C’est incroyable !

 

Le symbolisme du rubis macédonien

Certaines gemmes sont des marqueurs de certaines cultures, pays, états ou nations. Le jade était une pierre de culte en Chine, la turquoise était la pierre du peuple indien Pueblo et Navajo en Arizona. Les Paches ont leurs ,,larmes’’, les Maoris de Nouvelle-Zélande ont la néphrite... nous avons le rubis macédonien. Ses caractéristiques sont qu’il est du territoire de l’Europe, de couleur rose - framboise, de classe économique, et non le genre précieux de rubis, et surtout, qu’il est authentique et naturel, c’est-à-dire endémique.

Quand on fait les gemmes synthétiques, elles sont toujours parfaites. Elles n’ont pas d’inclusions et chaque pièce est idéalement la même que l’œuf à l’oeuf. Chacun veut que sa pierre ait un détail qui la différencie des autres. Les inclusions, qui sont des imperfections, sont comme des codes à barres que l’on peut identifier d’où provient la pierre. Ça donne un effet personnalisé et les gens le savent.

 

 

Les billes de dolomite, qui sont la matrice dans laquelle le rubis est fait, sont l’une des roches les plus anciennes de la planète. Ils datent de la période préhistorique et on pense qu’ils ont au moins 800 à 900 millions d’années de vieillesse. 

Donc, vous avez un morceau de terre qui est une pierre précieuse et date de près d’un milliard d’années. C’est immuable parce que les métaux précieux fusionnent et se séparent des liens chimiques primaires, se recombinent. Peu importe à quel point la pierre est broyée pour atteindre une zone propre, après le processus final, la surface est broyée, mais sa configuration et sa structure n’ont pas changé depuis sa création. C’est pourquoi on pense que les gemmes sont un registre d’informations sur le moment où elles se sont produites et sont souvent utilisées comme éléments de relique, comme instruments de méditation et de guérison.

Si le rubis macédonien est une musique, ce serait le hard-rock de Deep Purple, qui évolue en Pink Floyd :

Les distorsions de la musique rock sont une association de distorsion d’outils abrasifs qui broient la pierre. Ça frotte et ça frotte aussi. Cela est fort et ça aussi est fort. Et autre chose ! Deep Purple était l’un des groupes de rock les plus excitants et bruyant et le moment le plus attrayant pour eux est la présentation en direct. Les albums du studio sont autre chose, mais avec la présentation en direct de Deep Purple, on ne sait jamais comment ça va se passer, comment ça va se dérouler et combien de temps ça va durer. Chaque présentation ici dans le magasin du monde des minéraux et du rubis de Macédoine est imprévisible, car il faut ajuster sa présentation en fonction du type de visiteur.

En plus du rubis macédonien, Deko nous a présenté et l’Amazonite de couleur vert-clair et le cristal de Kokino de couleur mat gris - C’est notre Sainte Trinité !

 

 

De grandes célébrités de renommée mondiale ont reçu le rubis macédonien en cadeau – le pape Jovan Pavle II, le pape Benedikt XVI et Francisk, le patriarche russe Kirill, le yogi indien Paramhans Swami Maheshwarananda - Svamidzi, la princesse de la vallée de Hunza Rani Atica, le propriétaire de la fonderie de Florence-Marineli, les actrices Ketrin Denev, Deril Hana, et Isabel Iper et de nombreux autres diplomates et personnalités éminentes de Macédoine.

Tous les rubis macédoniens chez les grandes figures du monde sont sortis de notre atelier. C’est dommage que Tose Proeski n’ait pas pu obtenir...

Pour Deco, c’est très important d’être le protagoniste d’une étape historique. Parce que, standardiser la gemme d’un pays se produit très rarement dans l’histoire, c’est un moment historique.


Une idée, une inspiration ou une vision apparemment fixe, se réalise dans la vie, vous la voyaez fonctionner et ce sera une plateforme de générations après nous... Bien sûr, si nous parvenons à protéger le rubis macédonien du flux incontrôlé qui se produit avec des décennies. Nous sommes le premier facteur de sa protection, conclut-il.